© CHRISTIANE COLLIN
.: l'artiste
Christiane Collin vit et peint à Lourmarin (Luberon).

L'innombrable obscurité envoûte ces apparences de peau prises dans l'étau de l'impensable. Des lumières passent. De tragiques silhouettes, éphémères comme des plaies, hétérogènes comme des illusions, ensemencent le vide. Entre apparition et disparition, dévastés et indestructibles, les surgissements souterrains de Christiane Collin, majestueuse destructrice d'images, sont de saisissants corps-univers.

Le vide aurait pu faire naître ces cicatrices vitales, ces abandons sans assise, ces calligraphies de destin abandonné. On dirait des blessures d'opacité. La brutalité des couleurs, comme le sang, s'est retirée. La peau, la nuit et l'étendue s'étreignent. Il n'y a pas d'horizon, sinon l'infini de nos corps. Il n'y a pas de limite à la fragilité, pas de socle, pas d'appui, pas de contrainte. L'art de Christiane Collin fait demeure éprouvante aux feux follets de l'existence, aux veines secrètes de sa vie profonde. D'une fluidité nuageuse et gestuelle, elle libère les enveloppes charnelles qui s'agitent au fond des espaces du dedans. Au bord de nos brûlures vitales.

Précédent ... Suite